Pour développer la recherche, il faut de nouveaux chercheurs ! Les former, les encadrer et assurer ainsi une précieuse transmission du savoir.

1 400 doctorants sont ainsi encadrés  à Paris Descartes dans 73 laboratoires.

Découvrez l’université en un clic … 

 

Santimmune : les nouveaux antiviraux, un enjeu crucial.

L’impact humain et économique des infections virales devient de plus en plus préoccupant. La découverte et la mise au point de nouveaux antiviraux constituent donc un enjeu crucial du XXIe siècle. Les épidémies récentes de SRAS, de grippe aviaire, de chikungunya ou de fièvre Ébola, ont sensibilisé le grand public à ces problèmes. La grippe saisonnière est responsable de 250 à 500 000 morts chaque année dans le monde. Avec la rage, le SIDA et les gastro-entérites, la dengue fait partie des infections virales les plus problématiques : 40 % de la population mondiale est exposée, soit 2,5 milliards d’individus, et l’on dénombre par an plus de 22 000 morts pour 50 millions d’infections déclarées (Chiffres de l’Organisation Mondiale de la Santé). Dans ce contexte, il est nécessaire de proposer et de développer de nouvelles options thérapeutiques d’urgence.

Santimmune a été créée en 2015 sous l’impulsion d’un groupe de jeunes  chercheurs ayant une expérience en immunologie, virologie et chimie acquise en Europe et outre-Atlantique. Convaincus que l’activation de notre système immunitaire à l’aide de substances actives, naturelles ou de synthèse, est la clé de nouveaux traitements contre les maladies infectieuses et le cancer, les chercheurs pensent réduire drastiquement l’impact des infections en développant des molécules capables de renforcer le système immunitaire, permettant au corps d’éliminer plus rapidement les pathogènes.

Jean-Philippe Herbeuval et Pierre-Olivier Vidalain

Jean-Philippe Herbeuval et Pierre-Olivier Vidalain

Faculté des Sciences Fondamentales et Biomédicales - Université Paris Descartes

Découvrir aussi ...

Transmettre la passion de la recherche :

Trouver de nouvelles thérapies dans le diabète et l’obésité, en étudiant une classe de cellules inflammatoires (MAIT) : telle est le combat du Dr Agnès Lehuen et de son doctorant, Badr Kiaf.

Ce jeune chercheur joue déjà un rôle important dans la recherche, tout en poursuivant sa formation. Demain, il formera à son tour de nouveaux chercheurs, et transmettra ses connaissances.

Institut Cochin

Deux binômes de choc !

Concevoir de nouvelles stratégies pour le traitement des infections à méningocoque (méningites, septicémies), souvent mortelles chez les nourrissons et les jeunes adultes : voici la mission du Dr Sandrine Bourdoulous, cheffe d’équipe et du Dr Loic Le Guennec, doctorant, neurologue et réanimateur médical.

Institut Cochin

L’espace : un terrain d’expériences privilégié, avec Thomas Pesquet.

L’équipe Adaptations Sensorimotrice et Pathologies Vestibulaires étudie le contrôle sensori-moteur, c’est-à-dire la manière dont le cerveau utilise les différentes informations sensorielles qu’il reçoit pour contrôler les mouvements du corps pour la perception et pour l’action. « Notre objectif de recherche est de comprendre le rôle de la gravité dans nos capacités à nous orienter et interagir avec l’environnement » explique Michele Tagliabue. Pour ce faire, plusieurs types d’expériences sont possibles. Les organes vestibulaires situés dans l’oreille interne participent à la sensation du mouvement et à l’équilibre, notamment en détectant l’accélération gravitationnelle. « L’espace est un terrain privilégié pour mener la recherche sur le système vestibulaire car il offre l’unique possibilité de supprimer totalement la gravité. Cette absence totale de gravité permet de réaliser des expériences afin de nous éclairer sur les effets réels de la gravité sur notre organisme» explique-t-il. Ainsi, durant la mission Proxima, Thomas Pesquet, premier astronaute français dans l’espace depuis 2008, va effectuer un grand nombre d’expériences sensori-motrices.

Faculté des Sciences Fondamentales et Biomédicales

Encourager les jeunes pousses de l’immuno-oncologie pour assurer la relève.

Grâce à l’engagement de KEPHREN, société de conseil et de communication scientifique et leader dans le domaine de l’Onco-hématologie, l’équipe du Professeur Tartour à lancer un appel à projets de bourse de recherche auprès d’étudiants souhaitant s’orienter vers la recherche en Immuno-Oncologie. Cette bourse s’inscrit dans une dynamique affichée de partenariat public – privé et la signature d’une convention de Mécénat entre Kephren et la faculté de médecine de l’Université Paris Descartes.

Faculté de Médecine

L’enfant et sa perception du monde

Au BabyLab, les recherches visent à comprendre comment l’enfant interagit avec son environnement et développe ses capacités de perception, d’action, de langage et de compréhension du monde (physique et social) qui l’entoure. Saviez-vous que : les bébés dès 5 mois reconnaissent leurs prénoms, les bébés bilingues comment à apprendre la grammaire de leurs deux langues dès 7 mois, le nouveau-né est capable de reconnaître visuellement un objet qu’il a auparavant touché, le foetus suce plus souvent le pouce de la main avec laquelle, enfant, il écrira.

Institut de Psychologie

Un finaliste national de « Ma thèse en 180 secondes »

Doctorant à Paris Descartes en 2015, Grégory Pacini effectue ses travaux de recherche au sein de l’Institut Cochin, dans le laboratoire Hôte-Virus, sous la direction de Katy Janvier. Grégory a su conquérir le jury avec sa thèse portant sur le “Rôle d’EHD4 dans la régulation du facteur de restriction du VIH-1 : BST2″. Pour lui la difficulté de Ma Thèse en 180 Secondes est de vulgariser un sujet scientifique complexe et de devoir l’expliquer en 3 minutes maximum avec l’appui d’une seule diapositive. Son travail, financé par l’Agence Nationale de Recherche et l’Agence Nationale Recherche sur le Sida et les hépatites virales, porte sur le Virus du sida et la téthérine, un système de défense empêchant la propagation du virus au sein de l’organisme que le virus contrecarre. Grégory Pacini représenta Sorbonne Paris Cité lors de la finale nationale le 3 juin 2015 à Nancy.              

Institut Cochin