Comprendre et réduire les inégalités sociales de santé maternelle et périnatale

Actuellement, 10% des femmes ne dispose d’aucun suivi de grossesse en France.

Les inégalités sociales de santé en augmentation

Nos sociétés connaissent aujourd’hui une crise économique dont les conséquences sociales sont majeures. On observe notamment une forte augmentation du nombre de personnes vivant dans une situation précaire. Les inégalités sociales de santé sont de plus en plus fortes et reproduisent dans le domaine sanitaire les inégalités qui existent entre les catégories sociales. Les différentes catégories sociales ont des comportements de santé, un accès et des taux de renoncement aux soins, différents.

Le niveau de l’exposition à des toxiques environnementaux, variable d’une catégorie sociale à une autre, tout comme la prévalence de comportements à risque ou de conditions de travail difficiles, participe à ces inégalités sociales de santé.

Les inégalités sociales de la santé maternelle et périnatale

En ce qui concerne la femme enceinte, la première conséquence observable de la précarité maternelle est l’insuffisance de suivi de grossesse. Le risque de mauvais suivi est ainsi multiplié en l’absence de couverture sociale par un facteur 4 à 40 en fonction de l’origine étrangère ou non et de l’âge à la conception.

Ces inégalités sociales de santé peuvent également se traduire par un risque d’anomalies congénitales, de prématurité ou de retard de croissance qui augmente à mesure que la catégorie sociale ou le niveau d’éducation maternelle diminue. Ces inégalités sont susceptibles d’avoir un impact sur la santé des enfants à plus long terme, voire des adultes qui pourraient, à leur tour, vivre dans des conditions précaires. Aujourd’hui, les mécanismes de ces disparités et les mesures à entreprendre pour les réduire demeurent largement inexplorées.

Réduire les inégalités sociales de la santé par un programme multidisciplinaire

Le programme de recherche du DHU Risques et Grossesse sur cette thématique est un programme multidisciplinaire destiné à avoir des répercussions sur la pratique du soin et un impact sur les indicateurs de santé.

Il rassemble des travaux spécifiquement dédiés à l’étude de ces inégalités, notamment :

  • La cohorte PreCARE rassemblant 10 400 femmes enceintes et centrée sur l’étude de l’association et les mécanismes liant les différentes composantes de la condition sociale maternelle et le risque maternel ou périnatal.
  • L’étude TRAJECTOIRES, étude multidisciplinaire rassemblant épidémiologistes et chercheurs en sciences sociales autour des trajectoires de santé des femmes enceintes en situation de précarité sociale.
  • Une étude des marqueurs épigénétiques maternels et fœtaux en lien avec des conditions de vie stressante et des expositions environnementales est en cours d’élaboration.

Pour répondre au besoin de formation des professionnels de terrain confrontés à ces inégalités (médecins, sages-femmes, travailleurs sociaux ou associatifs…), un Diplôme Inter Universitaire intitulé « Précarité, Santé maternelle, Santé périnatale » a été mis en place (Universités Paris Descartes – Paris Diderot).

Le porteur du projet

Elie AZRIA

Gynécologue obstétricien, Elie Azria est également maître de conférence à l’Université Paris Descartes. Il est co-responsable de l’axe soin du DHU Risques et Grossesse par lequel il progresse dans la connaissance et la prise en charge des grandes pathologies périnatales qui ont des conséquences chez la mère ou l’enfant comme la prématurité, les pathologies vasculaires de la grossesse ou encore les pathologies liées aux infections et à l’inflammation.

Devenir partenaire du pôle thématique « Inégalités sociales de santé maternelle et périnatale »

Par votre soutien, vous contribuez à produire des connaissances pour comprendre comment se créent, se perpétuent et peuvent s’enrayer ces inégalités sociales de santé maternelle et périnatale ; vous permettez la diffusion de connaissances et de compétences aux acteurs de terrain, pour que l’équité en matière de santé devienne une réalité.

En soutenant le pôle thématique « Inégalités sociales de santé maternelle et périnatale » de l’Université Paris Descartes, vous devenez un partenaire privilégié pour toutes les actions liées à son activité :

  • Visibilité « premium » comme acteur majeur de la thématique, vis-à-vis de toutes les participations aux colloques et événements académiques ou avec les acteurs socio-économiques.
  • Contacts privilégiés avec les équipes de recherche et accès aux publications.
  • Recrutement de collaborateurs hautement qualifiés.
  • Formation* en continu de vos personnels.
  • Accès* à la recherche que vous soutenez.

Le nom de votre entreprise est associé aux travaux de notre pôle, et vos personnels bénéficient d’échanges enrichissants, alliant compétence et réflexion.

*Seules les contributions ne répondant pas aux règles du mécénat peuvent bénéficier d’un accès direct aux découvertes de nos chercheurs ou aux formations.

Nos autres projets « Promouvoir le bien-être social, physique et mental et une société plus inclusive »